1949

1959

L'après-guerre

L'histoire de la distillerie Marzadro ressemble à un film en noir et blanc, le récit d'une époque qui semble désormais lointaine, mais qui, en réalité, ne l'est pas. L'histoire commence durant les années d'après-guerre, dans une Italie où il n'y avait aucune issue à la pauvreté, principalement dans les régions montagneuses, comme le Trentin. C'est pour cette raison que les jeunes les filles pauvres se mettaient « au service » des bourgeois, fuyant leurs soucis et trouvant des conditions de vie acceptables dans des familles plus aisées.

Un rêve : distiller

Sabina Marzadro ne fut pas non plus épargnée par cette dure réalité. Après avoir passé 12 années au service de la maison d'un député à Rome, elle retourna dans sa région où l'attendait son frère Attilio, un paysan très actif. Sabina rentra donc chez elle avec la forte volonté de changer de vie et, dans ses bagages, elle emportait un rêve : maîtriser l'art de la distillation et produire une Grappa de qualité en utilisant les marcs qui s'évaporaient dans les cours des maisons des vignerons.

Le premier alambic

Dans la vieille maison de Brancolino di Nogaredo, Sabina réussit, après de nombreux efforts, à convaincre Arnoldi, un célèbre chaudronnier, à lui concevoir un petit alambic à feu direct. Son engagement et son travail acharné étaient la règle quotidienne, surtout pour sortir à jamais de sa triste condition. Le tournant de sa vie eut lieu en 1949 lorsque, dans la cour de sa maison, les premiers chariots remplis de marcs commencèrent à arriver. Puis les premiers clients... et la vision très claire que, pour se faire connaître dans le monde des distilleries, il était essentiel de fabriquer une Grappa de qualité à des prix raisonnables.

Une boisson
nommée Marzadro

Au bar, on entendait de plus en plus souvent : « Servez-moi un Marzadro ». Jamais une boisson n'avait porté le nom d'une famille. L'excellence des matières premières, la grande passion, la ténacité... et la file des acheteurs devant la porte de la distillerie. Attilio aidait Sabina dans la petite distillerie, mais aussi en enfourchant sa moto Guzzi avec son side-car rempli de bouteilles destinées à la vente à Rovereto et dans tous les villages voisins.

1959

1969

La nature en bouteille

Lorsque Sabina ne distillait pas, elle ne manquait jamais l'occasion d'arpenter la montagne pour cueillir des herbes alpines sauvages, des racines et des baies qu'elle associait ensuite à la Grappa: reine des bois, pin des montagnes, ortie, genévrier et rue. Cette femme, qui savait parfaitement lorsque le moment était venu de cueillir les herbes, avait pour habitude, dans son extrême précision, de prendre des notes détaillées dans un carnet : un précieux trésor de connaissances, ensuite transmis à Attilio qui, au fils des ans, a continué à développer la distillerie.

Attilio et Teresa

En 1960, Sabina laissa la gestion de la distillerie à son frère Attilio, devenu l'expert incontesté de la Grappa et de tous ses procédés de fabrication. À ses côtés Teresa, son épouse, qui lui donna six enfants. Cette femme déterminée, aimante, douce, mais néanmoins inflexible, fut un élément fondamental pour la création de l'entreprise telle qu'on la connaît aujourd'hui. Une femme et une mère sachant conjuguer l'importance de l'éducation de ses enfants et le désir d'apporter sa contribution aux tâches de la distillerie.

La croissance nécessaire

En 1964, l'entreprise dut se doter d'un espace plus vaste et d'un système de distillation plus efficace. Elle fut intégralement rénovée, une nouvelle distillerie fut créée à quelques pas de la maison qui l'avait abritée pendant de nombreuses années, ainsi qu'un bureau, une grande bascule dans la cour pour peser les chariots remplis de marcs et une rangée d'alambics rutilants. Sans oublier une salle réservée à la phase finale de la mise en bouteilles et une petite boutique de vente au détail.

Une voiture dans le village

La production et la vente de la Grappa se révélèrent un choix couronné de succès. C'est ainsi qu'Attilio acheta une Fiat Giardinetta Belvedere, la seule voiture du village au cours de ces années. Une voiture aux fonctions en tous genres, puisqu'elle était non seulement utilisée pour les livraisons, mais aussi pour toutes les urgences des villageois, comme lorsqu'une femme devait accoucher et qu'il était indispensable de rejoindre rapidement l'hôpital de Rovereto.

1969

1979

Une famille, une passion

Une fois adultes, les enfants ne tardèrent pas à aider Attilio, en particulier Stefano, Erino, Andrea et Elena, auxquels vinrent s'ajouter quelques années plus tard les filles cadettes Anna et Fabiola. Une histoire de famille... une passion qu'Attilio, fier de ses descendants, leur a transmise année après année dans les moindres détails, en révélant à sa grande famille tous les secrets de l'art de la distillation.

La Grappa de Marzemino
dans sa pureté

L'année 1975 et la distillerie Marzadro donnèrent le départ à une révolution : le lancement de la Grappa fabriquée à partir de monocépage. Dans ce cas précis, une Grappa produite à partir de marcs de raisin Marzemino provenant du village voisin d'Isera. Ce fut un succès immédiat, surtout à une époque où la Grappa de monocépage était une nouveauté. Le parfum variétal, la richesse du cépage et la main du distillateur ont créé un ensemble unique de sensations, un mélange qui, jusque-là, ne semblait appartenir qu'au vin.

1979

1989

Les nouveaux
alambics au bain-marie

La fin des années 1970 marqua l'arrivée à l'entreprise des nouveaux alambics au bain-marie en cuivre étincelant. Auparavant, pour chauffer les marcs, le feu était allumé directement sous la chaudière et il fallait toujours être très attentif au réglage de l'intensité de la flamme. Toutefois, avec le système au bain-marie, la chaudière est immergée dans l'eau. Celle-ci, une fois chauffée, transmet la chaleur aux marcs jusqu'à l'obtention de la température adéquate. Ainsi, la chauffe est plus progressive et permet à la vapeur sèche de s'enrichir de tous les arômes et de l'alcool nécessaires à la production d'une excellente Grappa, plus douce et parfumée. Ce procédé dure plus longtemps, mais il garantit un produit de qualité supérieure.

Une réponse adaptée
à la crise du marché

Au début des années 1980, Attilio passa la pleine responsabilité de la distillerie à ses enfants, tout en restant un soutien précieux. À cette époque cependant, les « nouveaux » distillateurs Marzadro durent immédiatement faire face à la crise de la Grappa. La Grappa « commerciale », soutenue par de grandes marques et des campagnes publicitaires massives, domina la scène. La réponse des frères Marzadro à la crise ne se fit pas attendre longtemps : un nouveau produit fut créé, répondant aux nouvelles exigences du marché, mais dans le plus pur style de la région du Trentin. C'est ainsi que fut créée naquit la première liqueur à base de Grappa avec ses délicieuses myrtilles du Trentin, cueillies à Baselga di Pinè, à 1 000 mètres d'altitude, puis insérées une à une et à la main dans le goulot des bouteilles.

1989

1999

La famille s'agrandit

Unie par une grande complicité et sa passion pour la distillation, la famille ne cessa de s'agrandir. Par ailleurs, Attilio, s'appuyant sur son expérience, commença à suivre ses petits-enfants et à leur transmettre ses connaissances, empreintes de passion, d'engagement et d'années de travail. Les nouvelles générations furent rapidement prêtes à reprendre le flambeau de leur grand-père et au fil des ans, elles apportèrent leur contribution novatrice, transformant la distillerie Marzadro en une entreprise dynamique toujours à la pointe dans son secteur, mais néanmoins attachée à ses racines solides.

L'expansion

Une fois la crise passée, la Grappa de qualité fut à nouveau appréciée en Italie et s'étendit même au-delà des frontières nationales. La société Marzadro, tout en conservant sa distillerie de Brancolino avec la cave et les salles destinées au vieillissement, ressentit toutefois le besoin de se développer, de manière à disposer de nouveaux espaces pour les entrepôts, les bureaux et la mise en bouteilles. Rovereto, non loin du siège historique, semblait la solution la plus appropriée et... c'est là que démarra une autre grande aventure familiale qui se poursuit encore aujourd'hui.

La valeur ajoutée
du travail « fait main »

L'arrivée du nouveau millénaire changea inévitablement le monde du travail, mais, tout en acceptant et en profitant des améliorations que les nouvelles années apportaient, la société Marzadro continua à conserver tant sa tradition que la valeur ajoutée de son travail « fait main ». C'est pour cette raison que, contrairement à ce qui se passait dans d'autres entreprises, il fut décidé de développer et d'agrandir le « laboratoire artistique » dans lequel les artisans-artistes personnalisaient les bouteilles avec des dédicaces et des motifs peints à la main, offrant à chaque bouteille la possibilité de se transformer en une pièce unique.

1999

2009

Le Diciotto Lune

L'année 2002 fut celle de la naissance de la Grappa Stravecchia Le Diciotto Lune, même si les essais et les expériences avaient commencé plusieurs années auparavant. On dit que l'excellence n'est jamais fortuite. Les efforts sont toujours payants et rapidement, la société est devenue le symbole de la Grappa haut de gamme, et c'est encore le cas à l'heure actuelle. C'est le fruit de la sélection des meilleurs marcs du Trentin, provenant de cépages triés sur le volet et distillés dans l'alambic traditionnel au bain-marie. La Grappa obtenue est vieillie pendant 18 mois minimum dans de petits fûts de différents types de bois. Lentement, au fil du temps, la combinaison bois-Grappa évolue pour créer une harmonie absolue, alors que le mélange final s'exprime dans un parfum éthéré et dans une saveur toute en rondeur.

La concrétisation
du rêve

Un autre rêve soudait la famille Marzadro : créer une distillerie efficace et assez grande pour pouvoir effectuer en interne toutes les tâches, mais où il serait également possible d'accueillir les nombreux visiteurs en provenance de toute l'Europe. En 2004, à Nogaredo, à 1 km de Brancolino, une partie des vignes d'Attilio fut transformée en pierre, bois et verre... pour donner naissance à une distillerie à l'architecture harmonieuse, à la fois traditionnelle dans sa forme, mais moderne à l'intérieur. La distillerie, la cave, les bureaux, l'entrepôt et la salle de mise en bouteille furent alors transférés de Brancolino à Nogaredo.

Une forêt de cuivre

La nouvelle installation de distillation, de forme circulaire et composée de 8 alambics au bain-marie, est une forêt de cuivre éclairée par une coupole en verre qui la domine. Efficace et vaste, elle a été réalisée dans les règles de la tradition artisanale.

2009

2016

La troisième génération

C'est une période difficile pour tous, mais l'esprit d'initiative et la conviction de posséder un produit de qualité et unique au monde sont des forces motrices. Les succès et les prix continuent d'affluer, signe que ce qui a été fait jusqu'à présent a apporté de magnifiques résultats. En outre, une région riche et généreuse comme le Trentin alimente la volonté de se développer et le courage de toujours relever de nouveaux défis. Le rêve de Sabina et d'Attilio est aujourd'hui une réalité, et la famille qui se souvient d'eux avec respect et une immense affection, est plus unie que jamais.




La passion continue...